Génie génétique

specianimals

Images originales de 3268zauber, SaNtINa/kIKs, Project Gutenberg, EG Focus, A. Alexejuk,
Qeqertaq, AwOc, che, Caroline, Danynany, Warhog, Bree, Tsca

Décidément, on n’arrête pas le progrès. Dernière nouveauté en date: les animaux génétiquement modifiés. Il en existe de nombreux modèles, déclinés dans différentes couleurs. Tous ont leurs avantages et leurs inconvénients, mais une chose est sûre, c’est que leur utilité n’est plus à démontrée. Quelques exemples pour ceux qui doutent: (1) le canin-félin: autonome comme un chat, fidèle comme un chien; il va chercher la balle et ronronne en la ramenant; (2) le crotal-constructeur-géant: manipule la grue comme personne et dévore les intrus qui s’aventurent sur le chantier la nuit; (3) la super-tarentule-ménagère: spécialisée dans la brosse récurer et l’aspirateur (deux outils qu’elle manipule simultanément), les coins sales ne lui font pas peur; (4) le grand-hamster-télécommandé: va chercher la bière que vous avez oubliée dans l’herbe pendant que vous êtes en train de perdre le contrôle de votre barbecue.
D’autres modèles sont annoncés pour les mois prochains, comme le perroquet-dictionnaire, qui récite les définitions de tous les mots qu’il entend (y compris ceux qu’il prononce) ou encore le cheval-nain, qui constitue un animal de compagnie idéal. Pas plus grand qu’un lapin, il tient dans la main, mange très peu foin et écoute attentivement tout ce qu’on lui murmure grâce à ses grandes oreilles. ■